UCS-GOMA

La messe d’envoi des catéchistes de ce mercredi 20 décembre 2017(UCS-GOMA)

6 54

Je suis très heureux de vous retrouver aujourd’hui dans cette salle pour cet échange qui vous donnera, je l’espère, quelques encouragements, quelques forces et quelques lumières pour le chemin qui s’ouvre devant nous.

La première chose que je voudrais vous dire est de souligner combien votre tâche est importante à l’intérieur de la mission de l’Église, et que cette importance transcende les difficultés petites ou grandes que vous pouvez rencontrer semaine après semaine dans le travail catéchétique.

La grande mission de l’Église est d’annoncer l’amour de Dieu pour les hommes et d’ouvrir des portes, pour que le plus grand nombre possible de nos contemporains puissent connaître cet amour et s’en réjouir. Or, c’est aussi la fonction principale de la catéchèse. Cette première remarque a plusieurs conséquences.

1. Nous devons toujours mieux comprendre pour nous-mêmes, et à travers nous pour les autres, que le premier catéchiste c’est le Christ, pas nous.

C’est Jésus lui-même qui nous apprend l’amour de Dieu pour les hommes, par son Esprit-Saint et par l’exemple de sa vie, de sa mort et de sa résurrection. Nous ne sommes que des instruments et des intermédiaires dans cette œuvre catéchétique du Seigneur.

Pour comprendre le rôle primordial du Christ dans la catéchèse, nous pouvons nous rappeler le récit (que vous connaissez certainement par cœur) des disciples d’Emmaüs. Ces deux hommes rentrent chez eux et sont accompagnés sur la route par quelqu’un qu’ils ne reconnaissent pas et qui leur dévoile petit à petit le sens des Écritures et leur fait comprendre le sens des événements qu’ils ont vécus.


Ces deux hommes qui marchaient tout occupés par leur tristesse et leurs propres pensées, sont comme ouverts de l’intérieur pour passer à une autre réalité. Ils se laissent saisir par la parole de celui qui est avec eux, et qu’ils ne reconnaîtront que plus tard comme étant le Christ.

Chaque fois que nous entreprenons une action catéchétique, il est donc important que nous nous remettions dans cette présence mystérieuse du Christ (« Il y a au milieu de vous quelqu’un que vous ne connaissez pas » (Jn 1, 26)). Le Christ nous est d’une certaine manière invisible, mais sa présence est réelle : il nous ouvre le livre des Écritures. Par son Esprit, il ouvre aussi notre cœur et celui de celles et de ceux auxquels nous nous adressons pour nous faire comprendre ce que Dieu veut dire et donner aux hommes.

2. Cette fonction catéchétique est assumée par l’Église toute entière.

Ce n’est pas votre spécialisation, qui ferait de vous des professionnels de la catéchèse à côté de chrétiens pour qui cela n’aurait aucune importance.
L’Église entière assume cette fonction du Christ catéchèse et interprète de la Parole de Dieu. Dans cette mission de l’Église, vous avez un rôle particulier pour aider le plus possible les enfants, mais aussi leurs parents et leur famille, à entrer dans ce dévoilement de la présence du Christ et de la manifestation de l’amour de Dieu pour tous les hommes.

3. Cette mission qui vous est confiée, repose d’abord sur votre vie chrétienne.


Pour être catéchiste la première qualification est d’être chrétien et d’essayer de le vivre du mieux possible. Ceci passe par votre propre investissement pour accueillir et méditer la Parole de Dieu, par votre engagement dans la prière personnelle et votre participation à la vie de l’Église.
Tout ce que vous pouvez faire dans un groupe de catéchèse pour essayer d’éveiller l’attention des enfants ou des jeunes à l’Evangile prendra du poids dans la mesure où ils comprendront que c’est aussi pour vous une réalité vivante. Vous n’êtes pas des enseignants, vous n’êtes pas des professeurs de géographie ou de sciences de la nature. Vous êtes des guides et des témoins, personnellement impliqués dans le chemin qui est proposé et parcouru.

4. Cette découverte et cette rencontre du Christ doivent être une fête.

Pour la plupart des enfants, venir au catéchisme n’est pas forcément une fête au départ… Il faut alors les aider pour qu’ils le découvrent.
Et pour cela il faut que cela soit une fête aussi pour vous. Ceci signifie que cette rencontre ne doit pas vous être une corvée ou une source d’appréhension qui ferait que vous arrivez armés de toutes sortes de choses préparées pour vous protéger. Il est bon que vous arriviez le cœur et les mains ouverts, que ce soit une vraie joie pour vous de rencontrer et de connaître ces enfants.

 

5. Ceci commence par le désir de fortifier et de développer avec les enfants une relation qui soit une véritable expérience d’Église.

Vous ne faites pas une séance d’enseignement anonyme, mais vous rencontrez des personnes dans ce qu’elles ont de particulier, des enfants ou des jeunes que vous apprenez à connaître et à aimer, et que vous aidez à découvrir petit à petit à travers cette relation nouvelle pour eux, que Dieu aussi les connaît et les aime. « Dieu nul ne l’a jamais vu, mais si nous nous aimons les uns les autres » (1 Jn 4, 12) alors il devient perceptible parce que l’amour est une réalité de l’existence.

 

Homélie lors de la messe d’envoi des catéchistes de ce mercredi 20 décembre 2017

Lectures de la messe

Première lecture

« Voici que la vierge est enceinte » (Is 7, 10-16)

Lecture du livre du prophète Isaïe

En ces jours-là,
le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :
« Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu,
au fond du séjour des morts
ou sur les sommets, là-haut. »
Acaz répondit :
« Non, je n’en demanderai pas,
je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. »
Isaïe dit alors :
« Écoutez, maison de David !
Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes :
il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !
C’est pourquoi le Seigneur lui-même
vous donnera un signe :
Voici que la vierge est enceinte,
elle enfantera un fils,
qu’elle appellera Emmanuel
(c’est-à-dire : Dieu-avec-nous). »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)

R/ Qu’il vienne, le Seigneur :
c’est lui, le roi de gloire !
(cf. Ps 23, 7c.10c)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Évangile

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)

Alléluia, Alléluia.
Viens, Clé de David !
Toi qui ouvres les portes du Royaume,
arrache à leur prison
les captifs des ténèbres.
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Au sixième mois d’Élisabeth,
l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »

Alors l’ange la quitta.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Notre tâche catéchétique participe de ce travail de constitution des fondements. Cela ne signifie pas forcément que ce que nous faisons perdurera éternellement, ni que les éléments assimilés seront reconnus et identifiés comme tel tout au long de la vie de ces jeunes. Nous savons bien d’ailleurs que certains d’entre eux passeront par des moments où ils rejetteront ce que nous avons essayé de leur faire découvrir. Mais même alors, ils ne pourront pas faire que ce qu’ils ont vécu n’ait pas été vécu, ils ne pourront pas empêcher que, inconsciemment ou implicitement, ce qui leur sera apparu à un certain moment comme quelque chose de beau et de bon, continue d’éclairer leur vie.

C’est pourquoi nous ne devons pas juger de la valeur de ce que nous faisons uniquement en fonction des fruits immédiats. Cette œuvre de l’annonce du Christ aux jeunes générations fait partie d’un mécanisme collectif de transmission entre les générations. Nous sommes une des pièces de ce mécanisme. L’annonce du Christ que nous essayons de faire s’intègre dans la grande mission de l’Église, mais aucun de nous ne possède la totalité du système, ni la maitrise de la manière dont ce que nous faisons va se développer et fructifier dans l’avenir.

Notre mission requiert donc un acte de confiance et exige que nous revenions sans cesse au noyau, c’est-à-dire à ce qui va être le pôle de référence de l’organisation de toute la vie chrétienne. L’évangile que nous venons d’entendre nous en donne deux expressions.


La première est que la racine et la source de toute sainteté vient du cœur, où s’exerce l’apprentissage de notre liberté et de notre responsabilité. La réalité de notre vie chrétienne n’est pas définie par l’extérieur, mais par les dispositions intérieures du cœur. Ce n’est pas la bouche qui donne le sens du discours, c’est le cœur dont il sourd.
Et la seconde caractéristique incontournable pourrait être définie comme le passage des bons sentiments à la mise en pratique. Il ne s’agit pas de dire : « Seigneur, Seigneur », mais de mettre la parole du Christ en pratique.


Ces deux points mettent l’accent sur les dispositions intérieures, sur ce qui est en nous. Seule compte vraiment la manière dont notre liberté s’engage à l’égard de la personne du Christ et de la personne de nos frères. Ce que nous disons ne compte pas devant ce que nous vivons et ce que nous faisons. Ceci caractérise d’ailleurs toute personnalité humaine équilibrée, qui ne considère pas que tout le mal – ou tout le bien – vient d’ailleurs que d’elle-même et quitte la tentation de pouvoir vivre n’importe comment en gardant un discours conforme à la pensée générale. Un chrétien sait que l’instance ultime de jugement n’est pas l’opinion commune et que Dieu juge non d’après les bons sentiments ou les bonnes paroles, mais selon la manière de vivre. Un chrétien est conscient que sa manière de vivre se définit et se détermine au cœur de sa liberté intérieure, là où il est seul devant Dieu.

Que le Seigneur nous donne la grâce de pouvoir transmettre des éléments aussi fondamentaux pour l’avenir et la construction de la vie de chacun des enfants qui nous sont confiés.
Amen.

PRIERE D’ENVOI EN MISSION DES CATECHISTES

Comme Jésus a appelé ses apôtres,
L’Eglise appelle aujourd’hui les catéchistes
Qui accompagneront les enfants cette année.
Regarde, Seigneur, ces femmes et ces hommes
Qui, tout au long de l’année, vont assurer la catéchèse ;
Par ta bénédiction, ouvre leur cœur et leur esprit.
Donne-leur le désir de méditer ta Parole,
D’annoncer la Bonne Nouvelle,
De tenir compte du rythme dont chaque enfant a besoin
Pour parvenir jusqu’à Toi.

Dieu a manifesté dans le Christ son amour et sa vérité.
Qu’il fasse de vous les témoins de son Evangile.

Le Seigneur a promis à son Eglise sa présence
Jusqu’à la fin des temps.
Qu’il confirme vos actes et vos paroles.

Que l’Esprit du Seigneur soit sur vous
Pour que vous sachiez travailler en équipe,
Avec les prêtres, les diacres et les responsables
De la catéchèse.

Et vous tous rassemblés,
Que le Seigneur tout-puissant vous bénisse,
Le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

AMEN

Prière extraite de la revue KT 49.

 

Print Friendly, PDF & Email
6 Comments
  1. windewa4.net says

    Right now it sounds like Expression Engine is the preferred blogging platform
    out there right now. (from what I’ve read) Is that what you’re using on your blog?

  2. Masterliga88 says

    Saved as a favorite, I really like your blog!

  3. MasterLiga88 says

    Hello, just wanted to mention, I loved this post.
    It was funny. Keep on posting!

  4. Liga88 says

    Howdy! This blog post could not be written any better!

    Going through this post reminds me of my previous roommate!
    He constantly kept talking about this. I will forward this information to him.
    Fairly certain he will have a great read.
    Thank you for sharing!

  5. Windewa says

    Thanks very interesting blog!

  6. Wow! In the end I got a weblog from where I know how to
    really get helpful information regarding my study and knowledge.

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Scroll Up