UCS-GOMA

SÉMINAIRE DE FORMATION SUR LA RECHERCHE PROFESSIONNELLE

0 53
Listen to this article

Voulant sans cesse garantir la qualité de ses services, l’Université Catholique la Sapientia de Goma a, dans la salle « Multiculturalité », du vendredi 21 au samedi 22 avril 2017, de 9h°° à 16h°°, sous la houlette de l’éminent professeur Gratien Mokonzi de l’Université de Kisangani, organisé des assises visant à outiller les enseignants et chercheurs, de fondamentaux de leur métier. Ouvrant la séance, le Recteur de l’UCS-Goma, le Prof Abbé Innocent Nyirindekwe Munyambaraga  a eu des mots justes, s’adressant à l’audience constituée de 101 participants en ces termes :

   Mesdames et Messieurs ;

                                                 Grande est ma joie de nous voir une fois encore ici réunis dans le but de renforcer nos capacités pour réussir la construction des génies de transformation comme le veut le leitmotiv de l’Université Catholique la Sapientia de Goma.

En effet, s’acquitter valablement de la triple mission de l’université (enseignement, recherche et service à la société) exige sans cesse un certain aggiornamento, une certaine réactualisation de nos connaissances et compétences.

C’est effectivement pour cette raison qu’un séminaire axé sur la pédagogie universitaire a été organisé en septembre 2016 dans cette même salle sous la houlette de l’éminent professeur Gratien que je remercie infiniment de sa disponibilité. Il a vraiment su qu’un succès sans successeur est un échec et fait tout pour partager ce que son expérience académique et professionnelle lui a appris.

C’est seulement si nous sommes conscients de l’urgence de changer l’image de notre système universitaire et si nous sommes résolus de nous investir à sa restauration que ce séminaire aura un sens. Cette entreprise consiste à faire que nos universités ne soient plus qualifiées de simples boutiques de livraison de parchemins et une fabrique de cerveaux inutiles.

 

 

 

Au fait, comme dit la sagesse, la pirogue ne chavire pas suite à l’eau qui l’entoure mais plutôt suite à l’eau qui entre à son intérieur. Point n’est donc besoin d’opter pour le pessimisme face aux maux qui gangrènent nos institutions supérieures et universitaires ou baisser les bras au nom de tout le monde le fait, comme si cela constituait une excuse.

Mesdames et Messieurs ; la qualité de la formation que nous assurons ne peut qu’être fonction de la qualité des recherches que nous faisons. Tel est le mobile qui nous a poussé à initier cette séance de travail axée sur la recherche professionnelle. L’université Catholique la Sapientia, pour être vraiment un think-tank de production non de simples suggestions mais plutôt de solutions aux problèmes de la société tant au niveau local, national que régional ne peut qu’investir dans la capacitation de ses divers intervenants comme nous le ferons aujourd’hui et demain.

Mon souhait le plus ardent est donc que chacun tâche de mettre à profit les talents intellectuels qui seront mis à sa disposition au cours de ce séminaire. Les grains ainsi jetés en nous par notre éminent formateur ne pourront, je l’espère, pas trouver en nous des épines ou un sol rocheux mais plutôt un humus fertile pour produire des fruits d’une recherche fructueuse et de renom, à l’honneur de l’UCS-Goma et de nos institutions respectives, pour le bien-être de chacun et de tous.

 

Tout en vous remerciant une fois encore de votre présence, je vous souhaite une joyeuse fête de pâques et émet le vœu que nos échanges se fassent avec assiduité et ferme volonté de s’investir dans le changement. Ainsi, je déclare ouvert ce séminaire de formation sur la recherche professionnelle du 21 au 22 avril 2017 à l’UCS-Goma. 

Au cours de la première journée de travail, le formateur a axé son propos sur deux thèmes :

  1. Enseignant d’université ou profession de chercheur
  2. Recherche pour la fonction d’enseignement

Abordant le premier aspect, il a présenté les caractéristiques différenciant l’enseignant d’université des enseignants d’autres niveaux (primaire et secondaire). Il a ainsi prouvé que pendant que ceux d’autres niveaux n’ont pour tâche que de préparer les cours, les dispenser puis les évaluer, l’enseignant d’université qui est essentiellement professeur doit plus : outre les tâches précitées, il doit sans cesse mener des recherches, en rendre compte par des publications, puis s’en servir pour enseigner.

Concernant le deuxième thème, le formateur a montré qu’un cours d’université n’est pas un prêt-à-porter. Il est plutôt le produit de la créativité de chaque professeur, contrairement aux autres niveaux d’enseignement où la matière est fixée d’avance, l’enseignant n’ayant qu’à s’y conformer et s’y accommoder. Il a fini par fixer quelques principes de base pour la consistance des enseignements valant la peine à l’université :

  • Spécialité : c’est-à-dire, prendre soin de dispenser des cours de son domaine de recherche et non être un touche-à-tout ;
  • Perfectibilité : améliorer sans cesse le contenu des cours chaque année ;
  • Originalité : que le contenu du cours apporte un plus à d’autres cours consultés aussi bien par l’enseignant que par ses disciples ;
  • Excellence : travailler en fonction d’une publication future de ses cours.

 

Au cours de la seconde journée, la matière a été axée sur deux aspects, à savoir :

  1. La recherche et la fonction de recherche
  2. Le rapport de recherche, c.à.d. la rédaction d’un article scientifique.

Au sujet du premier thème, l’orateur a souligné que le cœur de l’activité de professeur, c’est non l’enseignement mais plutôt la recherche. Ainsi, exister pour un chercheur, c’est publier. Le formateur a ensuite abordé les étapes et critères de la recherche. Abordant le deuxième thème, il a soutenu que ce qui n’est pas publié est perdu aussi bien pour la société que pour le progrès scientifique. Par la suite, il a expliqué la structure générale d’un article scientifique. Rappelons qu’au terme de chaque exposé, une série de questions des participants était posée à l’orateur qui, sur base de son expérience et par des exemples concrets et convaincants, y répondait avec brio.

A la suite de ces leçons magistrales, un représentant des participants a exprimé sa satisfaction puis émis le vœu de voir ce type d’activités être annuellement organisées, pour améliorer la qualité des prestations des enseignants aussi bien de notre ville que de notre province, pour ainsi redorer l’image longtemps ternie de notre système d’enseignement. Il n’a pas manqué de remercier infiniment le formateur pour la qualité des échanges nourries par son expérience pédagogique et professionnelle sans pareil, tout en invitant les bénéficiaires en mettre application la matière apprise.

Clôturant le séminaire, le Recteur de l’UCS-Goma a, après que le formateur ait procédé à la remise de brevets de participation, exprimé sa gratitude ce dernier puis fait réfléchir les participants sur l’engagement de l’UCS pour pérenniser les acquis de la formation en ces termes :

 

 

 

Mesdames et Messieurs ;

Permettez-moi de remercier à juste titre Gratien, notre formateur aux qualités pédagogiques et académiques d’envoutement ; son expérience sans pareil vient de nous faire un banquet scientifique. C’est ici le moment d’exprimer notre satisfaction comme université face au niveau, la qualité et la clarté de la formation. Ce n’est cependant pas que puisqu’ainsi nourris à satiété, nous ne mangerons plus jamais ; ce serait tomber dans le néant et l’anémie scientifiques.

Notons que cette formation est la continuité de la session de septembre 2016 sur la pédagogie universitaire. Ce feu allumé par Gratien ne s’est heureusement pas éteint. Par la suite, d’autres séances ont été organisées à l’UCS, notamment avec le Dr Touré de l’Université d’Ottawa, le Dr Mike de l’Université de Stutgaart, le Pr Yassa enseignant au Mozambique, et Mr Philippe Banzi de l’UCS, toujours dans le cadre de la Pédagogie Universitaire et la Recherche.
Notre ferme engagement s’est concrétisé par la mise en place des mécanismes de mise en application des acquis de la formation sur la pédagogie universitaire. Cela a été traduit en orientations à retrouver déjà en ligne sur notre site internet www.unisapientia.net

A présent, à la fin de ces échanges hautement académiques, j’étais tenté de dire que nous sommes au terme de la formation. Mais, mesdames et messieurs ; pouvons-franchement dire : ite missa est ? la messe est-elle dite ? Je finis par comprendre que pas du tout. Ce que nous venons de faire, c’est juste une phase de toute une démarche de vie professionnelle.

Pour ainsi dire, l’étape actuelle, c’est celle d’un envoi en mission. Avant l’exécution de la mission, il convient, mesdames et messieurs, que chacun décide sincèrement de quel niveau d’enseignement lui convient : le niveau universitaire ou les autres niveaux (primaire et secondaire) ? C’est là le point de départ de la mission.

A ceux qui optent pour les autres niveaux, nous souhaitons une bonne chance, et à ceux qui décident résolument pour le niveau universitaire, nous rappelons le fondamental de notre fonction : la recherche par laquelle il s’agit de creuser un sujet donné, diffuser et partager les connaissances, conseiller les jeunes confiés à nos bons soins, et servir la société. Il n’est pas question de se limiter à préparer les cours, les dispenser et les évaluer.

A bien comprendre la tâche décisive actuelle, il est question, pour chacun de nous, de décider d’exister ou pas ; une question de vie ou de mort ! Or, exister scientifiquement, c’est publier. Combien d’entre nous existent vraiment ? Et combien veulent exister vraiment ? Ceux qui veulent exister resteront avec nous, et ceux qui ne veulent pas iront ailleurs.

Comme jadis le prophète, voici que Gratien vient de donner chair aux ossements scientifiques de bon nombre d’entre nous. Combien acceptent-ils de se lever et de marcher ? Je vous assure que l’Université Catholique la Sapientia s’engage à n’œuvrer qu’avec les meilleurs candidats à même de faire honneur en toute honnêteté et compétitivité dans l’excellence des valeurs morales et scientifiques.

En effet, si le séminaire de septembre a abouti à la création de la cellule de Pédagogie Universitaire dont une commission étoffée est en cours de composition, une Cellule de Recherche sera aussi mise en œuvre avant le début de l’année académique 2017-2018, avec un Professeur comme Directeur j’espère. C’est sous la direction de cette cellule que fonctionnera aussi  un département de base de données, en partenariat avec le Centre de Recherche et d’Etudes Pluridisciplinaires la Sapientia (CREPS).

 

Trois cellules autonomes mais complémentaires devront donc s’entrainer à travailler en collaboration : La Cellule Assurance-Qualité, celle de la Pédagogie Universitaire et celle de la Recherche, pour accompagner les jeunes Assistants prêts à entrer dans notre esprit de travail. Nous encourageons les étudiants de L1 et L2 à bosser honnêtement dur pour être qualifiés « meilleurs étudiants » afin d’être retenus déjà le 31 juillet 2017 Assistants à l’UCS. Nous comptons beaucoup sur nos propres produits. L’analogie des meilleurs clubs de foot me semble géniale et inspiratrice. Et comme l’UCS est jeune, nous comptons beaucoup sur les jeunes.

 

 

 

De même, les anciens ainsi que les autres seront soumis à une évaluation rigoureuse pour passer l’étape de recrutement. Vous ne pouvez imaginer qu’en plus de 86 enseignants dispensant cours, à ce jour, l’UCS ait encore 368 demandes de charge horaire ! Soit 1,4 candidat-enseignant par étudiant ! C’est pour nous un motif pour choisir les meilleurs produits, en les éprouvant par le feu de purification. Si on ne va pas directement au Paradis, pendant qu’en même temps on ne veut pas aller en enfer, on négocie le Purgatoire. Nous préférons donner plus de cœur à des gens compétents au lieu de distribuer les postes par simple collinisme, nduguïsme et favoritisme.

Je sais cependant que nous ne sommes toujours pas innocents ici à l’UCS. Le Vice-Recteur aux Affaires Académiques, le Vice-Recteur aux Affaires Administratives travailleront avec les Facultés et les Cellules précitées pour donner suite à cet engagement de ce jour.

J’ai sincèrement envie que ceux qui  ne donnent vraiment pas le meilleur d’eux-mêmes ainsi que les minimalistes soient plutôt réorientés vers d’autres niveaux. Maintenant que les conditions de travail sont progressivement en train d’être réunies (auditoires, bureaux, ateliers et labos) comme vous le voyez, l’étape suivante consiste dans la formation des formateurs. On sait bien que former un professeur n’est pas chose aisée, mais la volonté politique de l’UCS est résolument là.

Mesdames et messieurs ; merci une fois encore à Gratien pour la disponibilité et la volonté de partager son savoir ; merci également à chaque participant pour l’assiduité ; merci à la logistique pour les conditions favorables ; bonne mise en application des acquis de la formation. Ainsi disant, je déclare clos le séminaire de formation sur la recherche.

Les participants ont enfin procédé à la prise d’une photo de famille, avant de savourer un repas copieux et convivial dans la salle « Utopie » de l’Université Catholique la Sapientia.

Fait à Goma, le 22 avril 2017.

Le Rectorat de l’UCS-Goma

VERSION A TELECHARGER ICI

Print Friendly, PDF & Email

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Scroll Up